•  

    Résultat de recherche d'images pour "Madame Elizabeth comtesse de Sutherland"

     

    En 1792, un an après le fiasco de Varennes et l'échec de la fuite à l'étranger, Marie-Antoinette et son époux Louis XVI sont assignés aux Tuileries.

    La reine ne recevra alors qu'une visite: celle de sa fidèle amie,

    la comtesse Elizabeth de Sutherland, épouse de l'ambassadeur d'Angleterre qui aurait aidé, dit-on, à la tentative de Varennes. Cette dernière partagera les ultimes moments de la famille royale avant "le dernier assaut" du 10 août 1792 et l'incarcération dans le donjon du Temple.

    Voulant encore croire à son salut, en dépit des "Marseillais" amassés face aux grilles, "l'Autrichienne" confie à "Mme Elizabeth" la seule fortune qui lui reste, son dernier trésor: une bourse de diamants et de perles.

    La reine en sursis sait qu'elle peut compter sur son amie et, surtout, que la comtesse a en sa possession un édit qui ordonne "au nom de la Nation" de "laisser passer Madame Elizabeth comtesse de Sutherland.., taille de cinq pieds, nez bien fait, bouche petite...".

      

    Marie Antoinette. Versailles

     

     

     

    Tout cela est fort intéressant... Mais les biographies de Marie Antoinette ne mentionnent pas l'assistance de cette si fidèle amie... Si ?  

    Pas même de Sutherland dans l'index à la bio faite par Lady Fraser...

    Cela dit, c'est vrai que, quand on creuse un peu, on se rend compte que Marie Antoinette était entourée d'une infinité de gens qui nous sont inconnus, ou presque.
     
    La tradition s'est focalisée autour du même sempiternel trio (Fersen, Lamballe, Polignac).
     
    Or, certains livres, je pense surtout à de plus anciens, trop oubliés, mentionnent d'autres noms. 

    C'est d'ailleurs une des qualités de la biographie d'Antonia Fraser. Etant Britannique, elle nous fait parfois découvrir d'autres relations de Marie Antoinette.

     

    A la lecture du Journal de Gouverneur Morris, il ne lui a pas été si facile de sortir de France...  
    Il fréquente assidûment le couple Gower / Sutherland ; voici ce qu'il note au jour le jour, entre deux commentaires météorologiques  :

    5 août
    Je vais à la cour ce matin. 
    Rien de remarquable, sinon que personne ne s'est couché dans l'attente d'être assassiné.
    (...)
    Après le dîner, je fais une visite à lady Sutherland, et je m'entretiens quelque temps avec Lord Gower. 
    Il fait encore très chaud.
    (...)

    8 août
    Après l'avoir reconduite chez elle (Mme de Flahaut), je me rends chez lady Sutherland, à qui je fais une assez longue visite. Elle ira demain à la cour
    Il fait encore très chaud.
    (...)

    9 août
    Paris est très agité ce matin. M. de Monciel vient m'apporter de l'argent. Je m'habille et me rends à la cour.
    (...)
    A firescreen embroidered by Marie Antoinette, circa 1788. From the Metropolitan Museum of Art.    When the World is falling about your ears ……..  Marie Antoinette was convicted of treason and sentenced to be guillotined. On October 16, 1793 she was taken through the streets of Paris in an open tumbril to be beheaded …
    10 août
    (...)
    Le château défendu par les seuls Suisses, est emporté, et les Suisses sont massacrés partout où on les trouve. Le roi et la reine sont à l'Assemblée Nationale, qui a décrété la suspension du pouvoir royal. (...)
    Il continue de faire très chaud, ou, pour le moins brûlant.
    (...)

    11 août
    Le roi et la reine restent à l'Assemblée, qui obéit de plus en plus aux ordres des tribunes. Nous sommes tranquilles ici. (...) Il continue de faire très chaud. M. de Saint Pardon vient dans la soirée et semble rongé de chagrin. Je lui demande de faire savoir à la famille royale, au cas où il la verrait, que des secours vont lui arriver.  

     

    Résultat de recherche d'images pour "Madame Elizabeth comtesse de Sutherland"

    12 août
    (...)
    J'ai été chez lady Sutherland qui est un peu abattue.   
    (...) Le temps est encore très chaud et lourd.
    (...)

    17 août
    (...)
    Ensuite je fais une visite à lady Sutherland, et après que son monde est parti nous prenons le thé. Il pleut ce soir et il fait un peu plus frais. 
    M. de Sainte Foy qui est venu ce matin dit que le roi, la reine et la famille royale sont traités de la façon la plus honteuse. Il donne de pénibles détails. Lord Gower est prudent à l'extrême
    (...)

    20 août
    Je fais une visite l'après-midi à lady Sutherland. 
    L'ambassadeur a reçu l'ordre de rentrer en Angleterre ; à la fin de la dépêche sont des menaces au cas où le roi et sa famille seraient insultés, parce que cela exciterait l'indignation de toute l'Europe.
    Cette dépêche signifie simplement en bon français que la cour d'Angleterre est irritée de ce qui est déjà fait, et qu'elle fera immédiatement la guerre, si la façon dont est traité le roi autorise ou justifie les mesures extrêmes.  

    21 août
    (...)Je fais ma visite d'adieu à lady Sutherland. Elle n'a pas encore pu avoir ses passeports. L'ambassadeur de Venise a été ramené et traité de la façon la plus indigne ; ses papiers mêmes ont été examinés. Ceci est fort, er je me pose la question de savoir si je devrais pas exprimer mon mécontentement en quittant le pays.
    (...) le soir je vais souper chez lady Sutherland. Elle ne peut obtenir ses passeports et l'ambassadeur est dans une rage folle. Il a brûlé ses papiers, ce que je ne veux pas faire.
    (...) Le temps est agréable et je suis très gai, ce que Sutherland supporte avec peine.  

    22 août
    Nouvelle visite aujourd'hui à lady Sutherland. 
    Elle a reçu de M. Lebrun une lettre polie et elle espère obtenir des passeports rapidement. Son mari est tellement prudent que si ce n'est pas de la timidité comme on l'en accuse, c'est du moins quelque chose de très approchant.

     


    Résultat de recherche d'images pour "Madame Elizabeth comtesse de Sutherland"
    23 août
    (...)
    Je dîne chez l'ambassadeur d'Angleterre, et après le dîner l'ambassadeur de Venise arrive avec M. Tronchin. Ce dernier dit que l'Assemblée a permis au corps diplomatique de partir, mais non aux particuliers.

    25 août
    (...)
    Je fais une visite à lady Sutherland. On termine hâtivement chez elle les préparatifs du départ. Peu de monde à dîner ; je lui dis adieu, pour longtemps peut-être.


    Pour sûr, si la comtesse de Sutherland voyageait avec ces quelques pierres et perles de Marie-Antoinette, son mari n'était certainement pas au courant !

    En tout cas, pierres ou pas, ça concorde :
      
    Lady Sutherland est allée à la cour aux alentour du 10 août.
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    marie antoinette's monogram
     
     
     
     
     
     
     

     

    DeliciousGoogle Bookmarks Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires