• La marchande des Modes

    LA MARCHANDE DE MODES

      

      


    cravates, noeuds d'épée, objets de tête et de cou, colifichets de toutes sortes




    la marchande de modes tenait boutique

    la plus célèbre fut sans doute Rose Bertin, couturière de la reine Marie-Antoinette
    elle coud, elle arrange ses agréments, donne du chic à l-aide de colifichets
    dans sa boutique de la rue Saint Honoré, Au Grand Mogol



    Rose Bertin transformera les robes à paniers en robes avec traîne



    en 1785, la Reine qui vient d'avoir 30 ans, se plaît dans des robes plus simples

    c'est la robe en chemise, dite à la reine, faite de mousseline blanche



     

     





    Jean-Baptiste Mallet 1759-1835
    chroniqueur mondain
    a représenté les élégantes, toutes vêtues de blanc, suivant la mode lancée par la reine



    Rose Bertin alliait à une imagination débordante et à un goût incontestable
    un sens développé de l'idée publicitaire
    elle faisait parvenir dans les grandes capitales des poupées accompagnées
    d'un trousseau, ambassadrices du (bon) goût français

    l'aiguille à la main, rue Saint Honoré ou rue Neuve des Petits Champs
    les filles arrangent pompons et colifichets
    l'une d'elles ne terminera pas son apprentissage: Jeanne Bécu
    comtesse du Barry, la dernière fulgurance du roi dit le bien-aimé
     
     

    « Les Perruquiers au XVIIIè siècleLettre rédigée par Louis XVI le 20 janvier 1793, la veille de son éxecution »
    DeliciousGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter