• La salle de bains au XVIIIè siècle

     

    Le bain, à la cour de Versailles, durant le siècle des Lumières

     

    La salle de bains existe au XVIIIe siècle . Pour s’en persuader, il faut visiter celle de Louis XV à Versailles, véritable chef-d’œuvre d’architecture.

     

      

      

    A la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe, l’hygiène n’est pas, à proprement parler, la priorité du peuple français, il en est de même à la cour de Versailles.

    L’eau est considérée comme extrêmement dangereuse, surtout l’eau chaude, qui dilate les pores de la peau et permet à de terribles maladies d’attaquer le corps; c’est du moins ce que l’on pense à la fin du règne de Louis XIV.

    On comprend mieux pourquoi, avec de tels arguments, les parfumeurs de l’époque font probablement fortune.

     

      

    Sous Louis XIV

    Pourtant, on peut voir aujourd’hui, dans l’Orangerie du château de Versailles, une baignoire octogonale en marbre du Languedoc, dont le prix avoisine alors 15000 livres tournois, qui, sous le Roi Soleil, se trouve au rez-de-chaussée, dans une pièce appelée cabinet des bains et qui devient, par la suite, l’antichambre de Madame Victoire, une des filles de Louis XV.

    Louis XIV s’en sert-il ? Probablement mais, très occasionnellement!

      

      

    Les soins

    La toilette est sommaire à cette époque, même si celle faite au monarque est à remarquer. Mais, il s’agit du premier personnage de l’Etat… On sait, d’après les écrits, que le roi se lave le visage et les mains, (« laver » pour les mains est, peut-être, un grand mot, dans la mesure où un valet se contente de verser de l’eau contenue dans une aiguière en métal précieux), ensuite, on lui frotte le corps avec des serviettes chaudes. Pour le reste, le parfum masque tant bien que mal les odeurs corporelles.

    Il arrive aussi que le roi se baigne dehors en été, on suppose dans le grand Canal.

      

      

    Sous Le Bien-Aimé et sous Louis XVI

    Lors du règne de Louis XV, les choses commencent à changer. La mortalité importante de la population, due à l’épouvantable saleté du bon peuple, fait réfléchir et un nouvel état d’esprit naît. Le roi a, tout au long de sa vie, plusieurs salles de bains, en fonction des appartements de ses maîtresses, Madame de Pompadour et Madame du Barry pour ne citer que les principales et les plus connues.

    Il est dit qu’en 1728, Louis XV a une salle de bains au 1er étage. Elle est encore visible aujourd’hui, proche de son état d’origine, ses deux fenêtres donnent sur la cour des Cerfs. Louis XVI l’a aussi utilisée.

     

     

      

    Décoration

    La salle de bains est une pièce intimiste, de dimensions réduites, certes, mais très richement décorée. On y voit encore les trous par lesquels passaient les conduits d’eau chaude et d’eau froide des deux baignoires en cuivre (appelées cuves), hélas disparues. Situées de part et d’autre d’une cheminée de marbre, la première sert à se laver et Dieu sait si, après les chevauchées de la chasse, ce n’est pas un luxe; la seconde, à se rincer et se prélasser dans une eau chaude délicatement parfumée.

    Petit interméde video pour illustrer les toilettes de la reine

    La salle de bains de Marie Antoinette

    video

     

     

    Le sol est recouvert d’un magnifique pavement de marbre blanc avec cabochons noirs que l’on retrouve partout dans le château; les murs sont décorés de stucs dorés et finement ciselés, d’une extrême richesse, une glace au-dessus de la cheminée est bien utile pour réchauffer l’ensemble en hiver.

    Directement, à l’étage supérieur la cuve en plomb (avec ses tuyaux d’origine) alimente le bain royal et permet de comprendre comment l’eau est distribuée par un système relativement sophistiqué, comme on peut le voir sur la photo du plan joint

    l'antichambre du roi

    Nous voici à l'attique, 3e et dernier étage du Petit Trianon, où étaient disposés principalement les appartements du roi Louis XV puis de Louis XVI, quoique ce dernier n'y dormît probablement jamais, cédant la place à sa sœur Madame Élisabeth. L'antichambre du roi comprend un décor en boiseries de 1768 et une cheminée de marbre provenant probablement de l'hôtel de madame de Pompadour à Paris (actuel Palais de l'Elysée). © L'Internaute / Cécile Debise

    Enfin, dans une minuscule pièce, juste à côté, se trouve le cabinet de chaise (joli terme si on le compare à celui employé aujourd’hui) qui permet de s’isoler pour un besoin bien naturel.

     

    En entrant dans ce lieu, on se prend à penser que si les murs pouvaient parler….nul doute qu’ils auraient bien des choses à nous narrer.

     

     

    SOURCES

    Suphttp://www.autantenemportelapresse.fr/?p=332erbe blog

     

    File:Versailles-Appartements de Marie-Antoinette-La Chaise.jpg

     

    Chaise de Marie Antoinette

     

     

     

    « Le PARC aux CERFSPierre-Louis Dagoty (1771-1840) »
    DeliciousGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 1er Février 2014 à 20:52

    C'est étonnant de voir à quel point les coutumes changent d'un période à une autre: j'étudie le Moyen-âge, et je me suis occupée d'une exposition sur l'hygiène à la période médiévale il y a quelques mois, et en fait, c'est une période où les gens étaient très propres contrairement à ce que l'on croit. Mais je savais qu'il n'en était pas de même à Versailles !

    Une baignoire en marbre du Languedoc... S'agit-il du marbre rouge de Caunes-Minervois déjà utilisé pour les colonnes du petit Trianon?

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter