•  

     

    LE XVIIIème SIECLE : Le siècle des Lumières.. le THEATRE

    LE XVIIIème SIECLE : Le siècle des Lumières

    Siècle des Lumières, terme qui désigne le XVIIIèmesiècle en tant que période de l'histoire de la culture européenne, marqué par le rationalisme philosophique et l'exaltation des sciences, ainsi que par la critique de l'ordre social et de la hiérarchie religieuse, principaux éléments de l'idéologie politique qui fut au fondement de la Révolution française.
     
    L'expression était déjà fréquemment employée par les écrivains de l'époque, convaincus qu'ils venaient d'émerger de siècles d'obscurité et d'ignorance et d'entrer dans un nouvel âge illuminé par la raison, la science et le respect de l'humanité.

    L’un des textes fondateurs qui inaugure le mouvement des Lumières en France est le Dictionnaire historique et critique de Pierre Bayle (1647-1707). Son appel à la tolérance, à la lutte contre les superstitions et les préjugés, va inspirer tout le mouvement de pensée du XVIIIème siècle et le Dictionnaire historique et critique va devenir l'arme privilégiée du camp des "philosophes". L'Encyclopédie de Diderot (1713-1784) et d'Alembert (1717-1783) reprendra à son compte le militantisme philosophique et le combat contre l'obscurantisme, le dogmatisme, le fanatisme et le despotisme.

     

    LE XVIIIème SIECLE : Le siècle des Lumières.. le THEATRE

    Les idées de Pierre Bayle trouveront aussi un écho puissant chez Montesquieu (1689-1755), qui introduit en philosophie politique des notions décisives, Voltaire(1694-1778), héros de la lutte contre l'obscurantisme et les préjugés, et surtout chez Condorcet (1743-1794) le théoricien de l'idée de progrès chère aux Lumières. D'un point de vue plus strictement philosophique, un courant se développe, incarné par Etienne Bonnot de Condillac (1715-1780), représentant éminent de l'empirisme français, et qui trouve un prolongement matérialiste avec Helvétius (1715-1771), d'Holbach (1723-1789), La Mettrie (1709-1751) et Diderot.

    Alors que la vie sur Terre était menacée : perte, épidémie, famine, on croyait au bonheur après la mort. La classe montante était la bourgeoisie, elle va demander plus de liberté et la fin des privilèges. Les idées de l'époque étaient le progrès et la justice. A coté du courant rationaliste, il y a un côté d'ombre. C'est l'éclosion de plusieurs nouvelles écritures.

    De tous ces courants se détache la figure originale de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) qui occupe une position transitoire dans le mouvement des Lumières. Après Rousseau, qui est à l'origine de la pédagogie moderne, il y a l'éclosion de la sensibilité, avec le courant romantique Rousseau est un penseur marginal ("Je").

     

    1) Le théâtre au 18ème siècle : un phénomène de société

    LE XVIIIème SIECLE : Le siècle des Lumières.. le THEATRE

     

    Que ce soit à Paris ou en province, les nobles et bourgeois aisés apprécient le théâtre. A Paris, ils se rendent dans l’un des quatre théâtres de la ville :

    - L'Opéra

    - Le théâtre des Italiens (rappelé en 1715)

    - L'Opéra Comique

    - La Comédie Française

    De plus, les théâtres de foire et les théâtres de boulevard prolifèrent.

    En province, on trouve peu de théâtre mais pendant la Régence, ceux ci se multiplient ; on y joue les mêmes types de pièce qu’à Paris.

    De 1715 à 1750, il y aura 266 créations théâtrales : un record !
     

    2) Les conditions du spectacle

    La scène est rectangulaire ou trapézoïdale, les risques d’incendie sont élevés, la scène étant éclairée par des bougies. Les spectateurs sont debout sur le parterre, on trouve des places sur la scène même, et ce, jusqu’en 1759.

    Il n’y a pas de metteur en scène, souvent le dramaturge est chef de troupe. Beaumarchais, sera le premier metteur en scène à se nommer comme tel.

    Les représentations se font à 17 heures avec deux œuvres : une longue et une plus courte.

    Le public est constitué d’habitués et de versatiles (surtout les provinciaux et les étrangers).

    La « claque » impose toujours sa loi.

    La condition des acteurs et leur niveau de vie augmente peu à peu.

     

    3) Les auteurs

     

    Les œuvres ne sont pas protégées et la notion de droits d’auteurs n’a pas encore été exploitée.
     

    On distingue :

    - les acteurs-auteurs (comme Dancourt)

    - les auteurs riches (comme Voltaire)

    - les auteurs qui aspirent à vivre du théâtre (comme Marivaux)LE XVIIIème SIECLE : Le siècle des Lumières.. le THEATRE
     

    Pour la comédie, trois auteurs se détachent :

    - Regnard

    - Dancourt

    - Dufresny
    Puis une nouvelle génération d’auteur fait surface :

    - Destouches

    - D’Orneval

    - Marivaux

    En 1756, la comédie devient de plus en plus moralisante
     

     

     

    4) La censure
     

    Elle est plus que jamais la règle, elle se fait soit :


    C’est dix-neuf ans après la mort de Louis XIV, qui avait chassé la troupe des Comédiens Italiens, que le Régent les rappelle ; la troupe s’installera à l’hôtel de Bourgogne. En 1762, la troupe des comédiens Italiens fusionnera avec celle de l’Opéra comique.

    A partir de 1773, le théâtre français attaque la troupe ce qui conduira, en 1779, à l’interdiction de représenter des pièces italiennes. Le théâtre des Italiens, dont la particularité est la présence d’une fosse d’orchestre qui conduit à un espace de jeu réduit a longtemps utilisé le masque en guise de costumes

      

      

      

     

    DeliciousGoogle Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique