• Marie-Anne de Châteauroux, favorite de Louis XV

     

     

    Marie-Anne de Châteauroux, favorite de Louis XV

    Marie_Anne_de_Mailly_Nesle

     

    Marie-Anne mène un grand train de vie comme celui d’une reine.

    Elle porte toujours des robes ou parures élégantes et très riches pour rehausser saduchessedechateauroux5 beauté et son éclat. Ses airs de hauteur et de fierté finissent par la faire haïr à la cour et elle devient de plus en plus insupportable.

    Le roi cède à tous les caprices : lui achète des châteaux et des hôtels à Paris, la comble des bijoux, des cadeaux et des présents et l'appelle "princesse".

    Seule ombre au tableau, elle doit supporter le goût de son royal amant pour l'une de ses sœurs, la grosse Lauraguais qui n'a apparemment rien de séduisant.

      

    Le roi offre aussi à sa famille, d’importantes charges ; ainsi son père, Louis de Nesle, aura de nombreux titres et charges. Avec une femme aussi belle que spirituelle, la gaîté revient à Versailles. La duchesse de Châteauroux préside les soupers des petits cabinets avec grâce et réussit à s’entourer aussi d’une coterie composée des amis intimes du roi, tels que : la princesse de Conti, Mlle de Charolais, Mlle de La Roche-sur-Yon, Mme d’Antin, Richelieu, et quelques autres hommes libertins.

    À la cour, la duchesse de Châteauroux est soutenue par le duc de Richelieu mais a aussi de nombreux ennemis qui ont à leur tête le duc de Maurepas, ministre de Louis XV. Celui-ci n’apprécie pas du tout la favorite officielle du roi et n’approuve pas les conseils qu’elle lui donne. Le ministre écrit alors mille libelles et pamphlets sur la duchesse de Châteauroux telle que celle-ci :

    Incestueuse la Tournelle Qui des trois êtes la plus belle, Le tabouret tant souhaité A de quoi vous rendre bien fière

    Votre devant, en vérité, Sert bien votre gentil derrière.

     

    duchessedechateauroux6b

    Il s’avère que la nouvelle maîtresse est très vite devenue impopulaire. Elle discrédite l’image du roi auprès de son peuple qui commence par le haïr lui aussi. La mort du cardinal de Fleury en 1743, laisse de champ libre à Marie-Anne qui apparaît comme toute-puissante. La duchesse de Châteauroux est alors une favorite très influente sur le roi, elle a un très grand ascendant sur Louis. Elle joue un rôle-clé dans l’ascension du roi.

    La duchesse de Châteauroux veut que son amant soit un vaillant homme envers son peuple. Elle l’arrache alors aux plaisirs de Versailles pour lui conseiller d’aller à la tête de ses armées pour se battre avec l’ennemi. La duchesse de Châteauroux se mêle ainsi de la politique. Elle s'attache aussi à deux ministres, Orry, le contrôleur général des Finances et le comte d'Argenson qui dirige le département de la Guerre.

      

    Ce serait Mme de Châteauroux qui aurait poussé le roi à entraîner la France dans la Guerre de Succession d’Autriche et de reconquérir la Flandres et l’Alsace, poursuivant ainsi le projet de sa sœur, la comtesse de Vintimille. Or la famille royale et les ministres du roi ne veulent pas que celui-ci s’illustre en guerre avec son fils, le dauphin de France, qui n’a que quinze ans.

      

    Le roi alors quitte clandestinement Versailles pour les Flandres. Mais peu de temps après, avec le soutien bienveillant du maréchal de Richelieu, Marie-Anne parvient à rejoindre le roi avec sa sœur, la duchesse de Lauraguais en Flandres. Elles viennent aussi accompagnées de quelques autres dames telles que la princesse de Conti ou la duchesse de Chartres, ravies de s'échapper de la Cour privée de leur maître et désertée des plus fringants gentilshommes.

    Le voyage de ces charmantes personnes fait scandale partout où elles passent. Le roi se rend après à Metz avec sa maîtresse. Il l’installe près de son palais pour qu’il la voie plus souvent. Le peuple est horrifié de voir le scandale de l’adultère royal s’étaler dans leur région. En août 1744, alors qu’il est toujours à Metz, le roi tombe grièvement malade. Voyant ses jours comptés, les membres du clergé mettent de la pression sur le roi pour qu’il renvoie sa favorite en titre.

    Le roi humilié, est obligé par l'évêque de Soissons, Mgr de Fitz-James, de chasser sa maîtresse ainsi que sa sœur qui n'ont pas quitté sa chambre depuis le début de sa maladie. Le souverain doit s'y résoudre pour le Salut de son âme. La favorite et sa sœur sont humiliées par le peuple. On jette des pierres sur son carrosse. Voulant sauver sa vie, la duchesse de Châteauroux parvient à revenir à Paris puis se réfugie dans son hôtel. Le souverain fait publiquement amende honorable pour sa conduite passée et demande pardon à la Reine, accourue en toute hâte, de peines qu'a pu causer le scandale de sa vie privée.

      

    Marie-Anne de Châteauroux n’oubliera jamais ces moments de haine, de désespoir et d’humiliation où le peuple décharné de Paris l’insultait en jetant mille choses à travers la fenêtre de son hôtel. Un médecin qui est venu de Versailles a trouvé un remède qui peut faire guérir le roi. Alors le roi se rétablit de jour en jour et finit par guérir. Il revient sur la promesse qu’il avait faite à la reine de ne plus jamais lui être infidèle, et rappelle Marie-Anne auprès de lui fin Novembre.

      

    Celle-ci cachée depuis plusieurs mois à l’hôtel de Paris retrouve le roi. Après de folles retrouvailles, le roi chercha à rétablir la duchesse de Châteauroux à la cour pour se venger ceux qui l’ont humiliée et une place de surintendante de la maison de la Dauphine lui fut promise. Mais quelques temps après, la duchesse fut prise d’horribles douleurs d’entrailles qui la conduisirent au tombeau deux semaines plus tard le 8 Décembre 1744. Cette mort laissa penser pour certains au poison, ce qui ne fut jamais prouvé.

      

    Avec la mort de Marie-Anne de Châteauroux s’achève le règne de la famille Nesle sur le roi Louis XV. El le roi ne voulut plus prendre encore une sœur Nesle, ce n’en était assez et il voulut prendre pour favorite une fille d’une autre famille. Leur père qui se plaignait de n’avoir jamais eut de fils a quand même laissé son nom dans l’histoire.

     

    Rédigée en collaboration avec le site Histoire-et-Secrets.com

      

     

    « Hortense de Flavacourt, impossible maîtresse de Louis XVAnne Couppier de Romans, maîtresse passagère de Louis XV »
    DeliciousGoogle Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter